Une masse de granit oubliée

Sujets en rapport avec le bicentenaire de la mort de Napoléon.
Les personnes non inscrites sur le forum peuvent participer aux échanges dans cette partie du forum. Leurs interventions devront toutefois être approuvées avant d'être publiées pour éviter des messages sans rapport avec l'objet du forum.
Avatar de l’utilisateur
Pierre Bezoukhov
Messages : 106
Inscription : Mer 10 Mars 2021 12:22

Une masse de granit oubliée

Message par Pierre Bezoukhov »

Étrangement, une des oeuvres importantes qui persiste encore de nos jours n'est jamais mentionnée quand on énumère ce que l'on doit à Napoléon.
Si le Directoire s’occupa, avec le relais des municipalités et des départements, des maisons d’arrêt, l’œuvre de Napoléon Bonaparte fut considérable au point de vue de l’organisation administrative et de la mise en place de ces structures nouvelles qui allaient finir par s’appeler maisons centrales.
https://journals.openedition.org/crimin ... 6#tocto2n4
C’est sous Napoléon Bonaparte que s’organise la mise en place de structures nouvelles qui seront nommées en définitive des maisons centrales.
http://philippepoisson.h.p.f.unblog.fr/ ... trales.pdf
Lors de la Révolution, l'abbaye de Clairvaux fait l'objet d'une vente et devient dans un premier temps une manufacture. Par la suite, Napoléon Bonaparte la transforme en prison, fonction que ce lieu conserve aujourd'hui encore.
http://www.archives-aube.fr/s/20/maison ... clairvaux/
http://cloitreprison.fr/map.html
La prison d’Ensisheim est une vieille centrale pénitentiaire de la petite ville d’Ensisheim, en Alsace, créée en 1811 par Napoléon. Aujourd’hui, elle accueille les « longues peines », c’est-à-dire les criminels les plus tristement célèbres parmi lesquels Michel Fourniret, le tueur de l’Est parisien Guy Georges ou encore Francis Heaulme.
https://miscellanees.me/2015/09/28/lheu ... -en-serie/
En 1801, au moment de la réorganisation générale de l'administration voulue par le Premier Consul Bonaparte, la volonté de mettre en œuvre le code pénal de 1791 en créant des "prisons pénales", distinctes des autres prisons, s'affirme. Une maison d'arrêt est créée auprès de chaque nouveau tribunal de district pour les prévenus, et une maison de justice apparaît auprès de chaque tribunal criminel départemental. Les nouvelles prisons pénales devraient fonctionner comme des manufactures, elles seraient financièrement peu coûteuses, acceptables pour l'opinion, et utiles pour la société et les condamnés. Ces idées reprennent les objectifs des workhouses et dépôts de mendicité.

La première maison centrale est ouverte en 1803 à Embrun, dans l'ancien grand séminaire de Jésuites. La même année, la maison centrale d'Eysses est ouverte dans l'ancienne abbaye bénédictine de Lot-et-Garonne. Sont ensuite ouvertes : en 1804, la maison centrale de Fontevraud dans l'ancienne abbaye bénédictine fondée en 1099, en 1805 la maison centrale de Montpellier dans un couvent des Ursulines, en 1808 la maison centrale de Clairvaux dans l'abbaye fondée en 1115, en 1808, Melun dans un couvent de religieuses, en 1809, Rennes dans un dépôt de mendicité, en 1810, Limoges dans une abbaye bénédictine, en 1811 Caen dans une léproserie, hôpital reconverti dès 1768 en dépôt de mendicité, en 1811 Ensisheim, dans un ancien collège devenu dépôt de mendicité, en 1811, l'abbaye du Mont-Saint-Michel, en 1812, Gaillon dans l'ancien château des archevêques de Rouen, en 1813, Riom, dans un ancien couvent de Cordeliers.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_centrale
Avatar de l’utilisateur
Cipriani Franceschi
Messages : 2535
Inscription : Ven 12 Mars 2021 19:39

Re: Une masse de granit oubliée

Message par Cipriani Franceschi »

Pierre Bezoukhov a écrit : Sam 17 Avr 2021 8:50 Les nouvelles prisons pénales devraient fonctionner comme des manufactures, elles seraient financièrement peu coûteuses, acceptables pour l'opinion, et utiles pour la société et les condamnés. Ces idées reprennent les objectifs des workhouses et dépôts de mendicité.
Voilà qui est intéressant. Faire travailler les condamnés.... Cela ne va sans doute pas jusqu'à les rémunérer, ni encore moins envisager de les réinsérer dans la société mais c'était déjà un pas de franchi (autre chose que la déportation ou les travaux forcés)
Avatar de l’utilisateur
Pierre Bezoukhov
Messages : 106
Inscription : Mer 10 Mars 2021 12:22

Re: Une masse de granit oubliée

Message par Pierre Bezoukhov »

Cipriani Franceschi a écrit : Mar 20 Avr 2021 22:22 Voilà qui est intéressant. Faire travailler les condamnés.... Cela ne va sans doute pas jusqu'à les rémunérer, ni encore moins envisager de les réinsérer dans la société mais c'était déjà un pas de franchi (autre chose que la déportation ou les travaux forcés)
L'idée de faire travailler les personnes enfermées n'est pas vraiment neuve. C'était déjà le projet de l'hôpital général fondé en 1656. Dans ce cas-là, il s'agissait d'enfermer les mendiants pour les mettre au travail. Le travail devait contribuer à la "régénération" des détenus, comme il était censé avoir contribué à la "régénération" des mendiants.

Ce qui est relativement neuf dans les "maisons centrales" en revanche, c'est le fait que l'emprisonnement remplace les autres peines (le fouet, le bannissement, l'exposition). Jusqu'à la Révolution, la prison était loin d'être la peine la plus courante. Elle servait surtout à la détention des inculpés en attente de leur procès.

On pourrait croire que cette peine d'emprisonnement ne se distingue pas fondamentalement des galères. Ce serait sans doute une erreur, car ce serait oublier ce qu'étaient les galères à l'origine : les galériens étaient en effet condamnés à ramer sur les galères, activité non seulement très pénible, mais aussi assez risquée puisque ces galères participaient à des batailles maritimes au cours desquelles les galériens qui étaient enchaînés à leur banc couraient plus de dangers encore que les marins de trouver la mort et même si les galères disparaissent en 1748, la peine des galères reste un régime très sévère notamment à cause de la "chaîne" qui emmène les condamnés à travers la France.

Image
Avatar de l’utilisateur
Cipriani Franceschi
Messages : 2535
Inscription : Ven 12 Mars 2021 19:39

Re: Une masse de granit oubliée

Message par Cipriani Franceschi »

En d'autres termes, voilà une "masse de granit oubliée" dont nous pouvons remercier Napoléon ;)
Avatar de l’utilisateur
Pierre Bezoukhov
Messages : 106
Inscription : Mer 10 Mars 2021 12:22

Re: Une masse de granit oubliée

Message par Pierre Bezoukhov »

Cipriani Franceschi a écrit : Mer 21 Avr 2021 23:27 En d'autres termes, voilà une "masse de granit oubliée" dont nous pouvons remercier Napoléon ;)
Il serait peut-être préférable avant d'envisager de remercier de s'interroger pourquoi cette "masse de granit" n'est jamais mentionnée. Il y a peut-être une bonne raison à cela. :o
Avatar de l’utilisateur
Cipriani Franceschi
Messages : 2535
Inscription : Ven 12 Mars 2021 19:39

Re: Une masse de granit oubliée

Message par Cipriani Franceschi »

Pierre Bezoukhov a écrit : Jeu 22 Avr 2021 20:50 Il serait peut-être préférable avant d'envisager de remercier de s'interroger pourquoi cette "masse de granit" n'est jamais mentionnée. Il y a peut-être une bonne raison à cela.
Aucune idée. Peut-être parce que l'univers carcéral du 19ème siècle est moins "porteur" que d'autres réalisations à mettre au crédit de Napoléon (Légion d'Honneur, Concordat, Préfet...)
Ceci dit, cette "masse de granit" n'est sans doute jamais mentionnée dans les médias ou les publications généralistes, mais je présume qu'elle figure bien dans des ouvrages plus techniques, voire universitaires (Dictionnaire Napoléon...)
Avatar de l’utilisateur
Pierre Bezoukhov
Messages : 106
Inscription : Mer 10 Mars 2021 12:22

Re: Une masse de granit oubliée

Message par Pierre Bezoukhov »

Cipriani Franceschi a écrit : Ven 23 Avr 2021 8:17 Aucune idée. Peut-être parce que l'univers carcéral du 19ème siècle est moins "porteur" que d'autres réalisations à mettre au crédit de Napoléon (Légion d'Honneur, Concordat, Préfet...)
Le fait que la prison soit l'objet de multiples critiques depuis des décennies n'est sans doute pas étranger à cet "oubli" relatif qui a pour effet qu'on ne cite pas la création des "maisons centrales" parmi les réalisations majeures de Napoléon.
Cipriani Franceschi a écrit : Ven 23 Avr 2021 8:17 Ceci dit, cette "masse de granit" n'est sans doute jamais mentionnée dans les médias ou les publications généralistes, mais je présume qu'elle figure bien dans des ouvrages plus techniques, voire universitaires (Dictionnaire Napoléon...)
Les ouvrages consacrés à l'histoire des prisons signalent évidemment que ces prisons ont été créées à l'époque de Napoléon sans nécessairement citer son nom mais simplement la date.
Ainsi par exemple du site http://cloitreprison.fr/ où il est simplement indiqué à propos de Clairvaux :
Abbaye durant sept siècles, Clairvaux devient prison en 1808, comme d'autres monastères en France et en Europe.
Répondre