Pour parler ici des habitudes de l'homme Napoléon, de ses préférences et de ses aversions, mais aussi de ses proches, des familiers, des contemporains, des militaires.
Pour aborder les habitudes, les grands évènements, le mode de vie...
Pour poser vos questions sur la période du Premier Empire.
Bastet
Messages : 824
Inscription : Sam 13 Mars 2021 19:10

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Bastet » Dim 21 Fév 2021 11:56

Je comprends votre point de vue cher Cipriani qui ne se discute pas
Je me répète une approche psychanalytique n'est pas une étude litteraire .Mais vous restez libre de penser ce que vous voulez

Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Messages : 5102
Inscription : Mer 26 Avr 2006 13:17

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Frédéric Staps » Dim 21 Fév 2021 17:31

bastet a écrit : Dim 21 Fév 2021 11:56 Je me répète une approche psychanalytique n'est pas une étude litteraire .
Je ne comprends pas pourquoi vous tenez tant à refuser la qualification d'étude littéraire à l'approche psychanalytique d'un texte littéraire. Dire d'une étude qu'elle est une étude littéraire indique simplement qu'il s'agit d'une étude qui porte sur une oeuvre littéraire. Cela n'a rien de péjoratif ou de méprisant. :oops:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Bastet
Messages : 824
Inscription : Sam 13 Mars 2021 19:10

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Bastet » Dim 21 Fév 2021 18:32

Mais je n'y vois rien de méprisant ou de péjoratif !
Simplement pour moi ce n'est pas la meme démarche. Je prends un exemple, quand j'écrivais à propos de l'Odyssée : Circé comme Calypso sont des déesses , la fonction montre que l'Anima détient bien une dimension suprapersonnelle, un arrière-plan archétypique. Elément signifiant placé dans l'inconscient en étroite relation avec la vie et le destin, ce que le texte illustre dans deux épisodes (chants V et IX), l'Anima est donc une structure archétypale de la conscience masculine ..... etc. Que le thymos des stoïcien, ressort de toutes les activités du psychisme humain, soit devenu libido jungienne prouve une permanence dans la volonté humaine de perscruter ces légendes, et, de meme que la pensée grecque n'a jamais abandonné les mythes homériques, nous les plions aujourd'hui à nos normes..... etc.
Pour moi ce type de réflexions ne relève pas de l'étude littéraire d'une oeuvre. Maintenant si vous pensez que cela mérite le qualificatif d'étude littéraire c'est votre droit :paix:

Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Messages : 5102
Inscription : Mer 26 Avr 2006 13:17

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Frédéric Staps » Dim 21 Fév 2021 20:55

bastet a écrit : Dim 21 Fév 2021 18:32 Circé comme Calypso sont des déesses , la fonction montre que l'Anima détient bien une dimension suprapersonnelle, un arrière-plan archétypique. Elément signifiant placé dans l'inconscient en étroite relation avec la vie et le destin, ce que le texte illustre dans deux épisodes (chants V et IX), l'Anima est donc une structure archétypale de la conscience masculine .....
Et si vous deviez expliquer cela dans un livre intitulé La psychanalyse pour les nuls, comment reformuleriez-vous ça ? :oops:
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Bastet
Messages : 824
Inscription : Sam 13 Mars 2021 19:10

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Bastet » Lun 22 Fév 2021 18:47

Mais il n'y a rien à reformuler :ha!: ni à expliquer ces remarques s'insèrent dans la cohésion d'un texte .
Ce qui m'intéresse dans la psychologie jungienne c'est sa potentielle mise en relation avec l'oeuvre d'art.
Ainsi dans les Lettres à un jeune poète Rilke écrit comme en écho des données théoriques empruntées à Jung et pour cela il témoigne pour l'usage de la psychologie si l'on veut comprendre les mécanismes inconscients dont se nourrit l'oeuvre d'art car l'inconscient n'est pas que le réceptacle de notre passé il est à l'origine de l'inspiration donc de la création.
Rilke a l'intuition qu'accoster au rivage de ce lieu très intérieur donne accès à un contenu que le génie transformera en oeuvre d'art " ...laisser s'épanouir toute impression et tout germe d'un sentiment au plus prrofond de soi......dans l'inconscient....c'est cela seulement qui est vivre en artiste".
Dominique Fernandez créateur de la psychobiographie donne au roman qui l'illustre ce titre explicite "L'arbre jusqu'aux racines".....

Pour en revenir à Napoléon et au thème de la fascination : Nietzsche en célèbrera a posteriori la miraculeuse grandeur dont il subit la fascination. Jean Tulard a pu écrire à ce propos que Nietzsche avait contribué à l’élaboration du mythe où le personnage historique Napoléon s’estompe révélant l’emprise immense de l’imaginaire " superbe puissance" ( P. Valéry) sur les individus : " Napoléon savait mieux que personne que son pouvoir, plus encore que tous les pouvoirs du monde ne le sont, était un pouvoir rigoureusement magique, — un pouvoir de l’esprit sur des esprits, — un prestige." ( Paul Valéry) , prestige au sens latin du terme fantasmagories, illusions, mirages que l’imagination suscite….

Bonne soirée
:salut:

Avatar de l’utilisateur
Frédéric Staps
Messages : 5102
Inscription : Mer 26 Avr 2006 13:17

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Frédéric Staps » Lun 22 Fév 2021 20:39

bastet a écrit : Lun 22 Fév 2021 18:47 Mais il n'y a rien à reformuler :ha!: ni à expliquer ces remarques s'insèrent dans la cohésion d'un texte .
Apparemment, cela ne semble pas vous déranger que l'on ne comprenne rien à vos développements. :(
« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? »

Avatar de l’utilisateur
Cipriani Franceschi
Messages : 2529
Inscription : Ven 12 Mars 2021 19:39

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Cipriani Franceschi » Mar 23 Fév 2021 8:25

Frédéric Staps a écrit : Lun 22 Fév 2021 20:39 Apparemment, cela ne semble pas vous déranger que l'on ne comprenne rien à vos développements. :(
Pour une fois que vous ne comprenez pas quelque chose, ou que vous ne savez pas mieux que tout le monde sur un sujet donné... c'est à marquer d'une pierre blanche ! :fou:
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)

Avatar de l’utilisateur
Cipriani Franceschi
Messages : 2529
Inscription : Ven 12 Mars 2021 19:39

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Cipriani Franceschi » Mar 23 Fév 2021 8:31

bastet a écrit : Lun 22 Fév 2021 18:47 Pour en revenir à Napoléon et au thème de la fascination : Nietzsche en célèbrera a posteriori la miraculeuse grandeur dont il subit la fascination. Jean Tulard a pu écrire à ce propos que Nietzsche avait contribué à l’élaboration du mythe où le personnage historique Napoléon s’estompe révélant l’emprise immense de l’imaginaire " superbe puissance" ( P. Valéry) sur les individus : " Napoléon savait mieux que personne que son pouvoir, plus encore que tous les pouvoirs du monde ne le sont, était un pouvoir rigoureusement magique, — un pouvoir de l’esprit sur des esprits, — un prestige." ( Paul Valéry) , prestige au sens latin du terme fantasmagories, illusions, mirages que l’imagination suscite….
J'ignorais que Paul Valéry eût écrit sur Napoléon :? Auriez-vous des références précises ?
Je n'ai rien trouvé de particulier sur Internet, hormis ce texte de la Fondation Napoléon, un peu laconique :
https://www.napoleon.org/magazine/livre ... -napoleon/
et cette phrase plutôt curieuse qu'on prête à Paul Valéry : "Napoléon va à la même lenteur que Jules César" :ha!:
La nature l’avait doué de toutes les qualités nécessaires à un ministre de la Police (Comte Charles-Tristan de Montholon)

Bastet
Messages : 824
Inscription : Sam 13 Mars 2021 19:10

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Bastet » Mar 23 Fév 2021 18:10

Chapitre 1 : Plus vite ...
« ‘La véritable mesure de la distance [est] la vitesse de déplacement des hommes’ » a encore écrit Fernand Braudel (1986, tome 1, p. 105) auquel on peut largement se référer lorsqu’il s’agit d’aborder les temps longs. Celle-ci n’a pas augmenté de manière uniforme au cours du temps, loin s’en faut. On peut, semble-t-il, distinguer au moins deux périodes bien différentes. Durant la première, rien ne bouge, entendons que l’on se déplace toujours à la même vitesse. Paul Valéry, repris par Braudel, a dressé paraît-il ce constat : « ‘Napoléon va à la même lenteur que Jules César’ ». Des siècles au pas de l’homme ou, au mieux, du cheval. Les indices sont nombreux qui attestent de cette lenteur. C’est elle, à travers l’immensité du territoire qu’elle engendre, qui explique la conservation de nos particularismes locaux et finalement, que « la France se nomme diversité », selon le titre du premier chapitre de L’identité de la France (Braudel, 1986, tome 1, p.111 et suivantes, « Le morcellement de la France s’explique enfin »). C’est finalement encore la même image qui transparaît lorsque l’on observe au cours des siècles la « formidable inertie » de l’armature urbaine (Pumain, 1989).

Maurice Daumas (1991, p. 1) attribue quant à lui à Raymond Aron cette réflexion sur les délais identiques nécessaires à Napoléon et César pour rallier Paris à Rome (dans la quatrième de ses dix-huit leçons sur la société industrielle de 1955). En revanche, il réfute la pertinence de ce parallèle et récuse l’affirmation de siècles d’immobilisme des techniques avant ce qu’il est convenu d’appeler « la révolution industrielle ». Il défend plutôt l’idée selon laquelle la charnière entre les XVIIIè et XIXè siècles marque une rupture significative du rythme d’évolution au sein de processus de très long terme (pp. 15-16 et 307). On retiendra plutôt cette représentation plus dynamique de la réalité historique.

Ce chapitre tentera de retracer brièvement les caractéristiques générales de l’histoire de la vitesse de déplacement depuis cette rupture. Il décrira d’abord l’accélération des hommes (1.1) qu’il faut entendre comme un phénomène d’augmentation des vitesses de déplacements qui n’est que l’une des multiples dimensions de la mise en mouvement de la société tout entière. L’accélération de la terre (1.2) s’attachera à rappeler quelques représentations spatiales de la croissance des vitesses.

bonjour cher Cipriani c'est la deuxième fois que j'envoie ma réponse :shock:

Bastet
Messages : 824
Inscription : Sam 13 Mars 2021 19:10

Re: Le parcours de Napoléon : succès ou échec ?

Message par Bastet » Mar 23 Fév 2021 18:13

Nietzsche et Napoléon : la fiction dans l’histoire
Laurent MATTIUSSI
Université du Littoral-Côte d'Opale

Répondre