Ici se joue l'avenir de l'Empire - c'est le quitte ou double.

Visitez les pages sur Waterloo
Avatar du membre
CC
Messages : 6292
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 15 oct. 2007 12:18

Bonjour Ronald! Soyez le bienvenu!

Vous nous offrez là deux superbes textes sur cette terrible bataille. Merci beaucoup!

:fleur:

Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 5099
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

Message par Frédéric Staps » 15 oct. 2007 21:59

Le texte de Chateaubriand est sans doute d'une grande qualité littéraire et d'une grande puissance évocatrice, mais j'ai quelques doutes sur la réalité des faits qu'il relate. Entre Gand et Waterloo, il y a environ 75 km, peut-être un peu moins à vol d'oiseau, mais sans doute pas moins de 70. Je ne crois pas que l'on puisse percevoir les bruits d'une bataille à une telle distance. Il s'agit vraisemblablement de souvenirs imaginaires.

Avatar du membre
CC
Messages : 6292
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 15 oct. 2007 22:46

Il me semble avoir déjà lu qu'on entendait les coups jusque Gand - mais peut-être que ces dires viennent de ce texte justement?

Je ne sais s'il y a d'autres sources qui disent la même chose.

Ronald Billuart
Messages : 10
Enregistré le : 15 oct. 2007 5:46

Bruit de combats

Message par Ronald Billuart » 16 oct. 2007 5:59

Détrompez-vous, le bruit du canon s'entend très loin surtout s'il s'agit du tir d'une grande batterie de 80 pièces d'artillerie. De plus, Chateaubriand précise que le vent venait du Sud.
Ce 18 juin, le bruit de la bataille (non identifiée sur le moment) a même été perçu le long de la côte anglaise.
En revanche, le texte de Victor Hugo est totalement faux. Jamais, il n'y eut la moindre charge de cavalerie devant le chemin creux d'Ohain.

Avatar du membre
La Bédoyère
De coeur et de passion
Messages : 909
Enregistré le : 07 juin 2007 16:09

Message par La Bédoyère » 16 oct. 2007 8:15

Les chevaux également. La grande charge d'Eylau, forte de 80 escedrons,
a parait-il été entedue à des kilomètres à la ronde.
C'est Kaufmann, dans son livre "La Chambre noire de Longwood" qui rappelle que, lors d'un voyage en Allemagne de l'Est lorsqu'il était étudiant au début des années cinquante, il a rencontré un très vieux messieurs dont l'arrière-grand père, très jeune enfant, avait entendu les sabots des chevaux alors qu'il était à plusieurs kilomètres du champ de bataille.

Ce témoignage est intéressant par le fait qu'il rapporte, mais aussi par l'impression que l'évènement est tout proche...quelle émotion!

Salutations :salut:
---
Quelle époque, quels hommes

Avatar du membre
CC
Messages : 6292
Enregistré le : 18 avr. 2006 22:47
Localisation : Anderlecht, Bruxelles
Contact :

Message par CC » 27 oct. 2007 18:14


Avatar du membre
Joséphine
Messages : 605
Enregistré le : 17 janv. 2007 20:33

Message par Joséphine » 02 nov. 2007 10:02

Ce sont de très beaux textes, j'aime. Il a dû avoir peur, le roi, à Gand, à entendre les canons de la bataille. Il a sans doute même songé à s'enfuir plus loin, si Napoléon en sortait vainqueur.

Répondre