La police vue par Chaptal

Tout ce qui concerne la vie à l'époque de Napoléon
Répondre
Avatar du membre
Frédéric Staps
Réfractaire impénitent
Messages : 5024
Enregistré le : 26 avr. 2006 12:17

La police vue par Chaptal

Message par Frédéric Staps » 12 juil. 2015 18:11

Comme Bonaparte était naturellement soupçonneux et défiant, il couvrait la France d'espions, et il croyait à leurs rapports avec la même bonne foi qu'un vieux prêtre croit à l'Evangile. Chaque jour amenait de nouvelles dénonciations; chaque jour faisait éclore de prétendues conspirations, et on le voyait retirer sa confiance aux uns et jeter les autres dans les cachots, sans que jamais on pût en connaître le motif.
[...]
Ce grand nombre d'agents, qui remplissaient chaque jour leur bulletin de tous les on dit des cafés, semaient l'alarme partout. Aucun citoyne ne pouvait se flatter de ne pas être arrêté et compromis. Et les administrateurs, qui n'étaient pas à l'abri des dénonciations, avaient en tout une marche timide. C'était presque toujours à des jeunes gens qu'on confiait ces fonctions importantes, de sorte que l'habitude des délations desséchait de bonne heure ces jeunes coeurs, qui bientôt n'étaient accessibles à aucun sentiment généreux. C'était presque toujours sur leurs rapports qu'on destituait les administrateurs, qu'on enfermait des citoyens paisibles, etc.
[...]
Tout cet échafaudage de police ne suffisait pas encore à Napoléon. Il avait chargé plusieurs personnes de lui rendre compte de tout ce qui se passait parmi les savants, les commerçants, les militaires, et cette correspondance lui arrivait à Moscou comme aux Tuileries. Mme de Genlis, Fiévée, Regnaud de Saint-Jean d'Angély étaient ses correspondants et pensionnés comme tels.
Comme Napoléon ajoutait une foi entière à toutes ces délations, les préventions de formaient, les arrestations se faisaient, les destitutions s'opéraient sans qu'il fût jamais possible d'en connaître la cause. Aussi, dans les derniers temps, les destitutions étaient un titre de gloire pour ceux qui en étaient l'objet, et rien n'annonce à un plus haut degré le peu d'estime qu'on a pour un souverain.
Mes souvenirs sur Napoléon par le Comte Chaptal.

Posté sur le forum Pour l'Histoire par Frédéric Staps le 28/08/2004 19:29

Répondre